Portrait de la Fondation Servais
 
Origines et financement de la Fondation
La Fondation est née d’une initiative privée, entièrement fondée sur un legs de Jeanne SERVAIS (décédée en 1985) dont la maison à Mersch, devenue propriété de l’Etat, abrite aujourd’hui le Centre national de littérature. Elle bénéficie depuis 2013 d’un soutien financier de la part de l’Oeuvre nationale de Secours Grande-Duchesse Charlotte.
Objet statutaire
La Fondation a, d’après l’article 4 de ses statuts, pour objet d’« œuvrer pour la promotion de la littérature luxembourgeoise, en soutenant la recherche littéraire et sa publication, en initiant des colloques sur la littérature et en propageant d’une façon générale la connaissance de la littérature luxembourgeoise ». En outre, elle peut « assurer l’acquisition d’objets historiques et de documents ainsi que d’objets d’art » dans l’intérêt du Centre national de littérature.
Il s’agit de la première et unique fondation dont l’objet poursuit exclusivement la promotion de la littérature au Grand-Duché de Luxembourg.
Les fondateurs
La Fondation a été instituée le 1er juin 1989 par les personnes suivantes: Mars KLEIN, professeur; Frank BADEN, notaire; Edmond ISRAEL, Président de la Bourse; Pierre HAMER, docteur en droit, écrivain; Robert KRIEPS, docteur en droit; Guy LINSTER, administrateur général, représentant le Fonds culturel national; Cornel MEDER, directeur, représentant les Archives nationales; Roger NOTHAR, avocat; Jacques SANTER, docteur en droit; Liliane THORN-PETIT, journaliste; Manou SERVAIS, fonctionnaire, représentant la famille Servais.
La direction de la Fondation
Le Conseil d’administration a été présidé par Edmond ISRAEL (de 1989 jusqu’à son décès en 2011), puis par Germaine GOETZINGER.
Roger NOTHAR, Manou SERVAIS et Paul SCHMIT ont successivement exercé les fonctions d’administrateur-délégué.
Les réunions du Conseil d’administration
Le siège statutaire de la Fondation est établi à la Maison Servais à Mersch, qui abrite depuis 1995 le Centre national de littérature. Sauf de rares exceptions, les réunions se sont toujours tenues à Luxembourg.
Ainsi, la première réunion a eu lieu le 1er mars 1990 à la maison de Cassal. Les lieux de réunion fixes ont été successivement les sièges de l’ALAC, de la Bourse de Luxembourg, du Centre culturel de rencontre Abbaye de Neumünster, et actuellement du Casino Luxembourg - Forum d’Art Contemporain.
Le Jury
Le Jury pour l’attribution du Prix Servais exerce ses fonctions indépendamment de la Fondation. Le Conseil d’administration agrée à l’installation du président du Jury, mais c’est le Jury lui-même qui coopte ses membres. Une durée de mandat n’est pas prévue. Les membres du Jury ne sont pas rémunérés.
Le Jury a été présidé successivement par Jul Christophory, Gast Mannes, Pierre Marson, Claude D. Conter, et de nouveau par Pierre Marson.
Outre le Prix Servais et le Prix d’Encouragement, le Jury a conféré les mentions spéciales aux ouvrages suivants :
2001:     “Laura”, par Monique PHILIPPART
                (publié à compte d’auteur; distribution: Editions Saint-Paul)
2002:     “Requiem für ein Kind. Trauer und Trost berühmter Eltern”,
                par Joseph GROBEN (Editions Dittrich, Cologne)
2014 : « Sterbehäusle » de Michel CLEES et Tanja FRANK (éditions ultimomondo)
Remerciements particuliers
La Fondation Servais doit une fière chandelle aux membres du Jury et aux autres personnes évoquées dans son « Who’s who ? » et remercie en particulier pour l’avoir soutenue efficacement tout au long de ces années: Gérard DECKER (fiduciaire), Joël Bouillon (réviseur des comptes), Othon NEUENS (ancien instituteur-attaché au Ministère de l’Education nationale), Carlo SCHMITZ (dessinateur), Pierre Bley, Claudine LORANG et Florence AHLBORN (Oeuvre nationale de secours Grande-Duchesse Charlotte), Doris BINTNER (directrice de l’Imprimerie REKA), ainsi que Ivana SANTIN, Anne-Marie NOCKELS et Aline HAU (secrétaires auprès de l’administrateur-délégué Roger NOTHAR), Pascale CAMPORESE-HAUFFELS (secrétaire auprès de l’administrateur-délégué Paul SCHMIT), Suzanne PINAI-CHOLEWKA (secrétaire auprès du président Edmond ISRAEL).
La BIL, CREOS et le Fonds culturel national ont soutenu la publication de l’anthologie « e-gutenberg » en 2014, à l’occasion du 25e anniversaire de la Fondation Servais.
Appel
Les candidats en vue de l’obtention du Prix d’Encouragement peuvent comme chaque année remettre avant le 31 décembre au Centre national de Littérature leur manuscrit dactylographié en 4 exemplaires, à l’intention du président du Jury.
Exonération fiscale
Par arrêté grand-ducal du 28 septembre 1994, la Fondation a été désignée comme organisme pouvant recevoir des libéralités fiscalement déductibles dans le chef des donateurs (Mém. B 1994, p. 1096).
Les actions de la Fondation au fil du temps
Les fonds de la Fondation ont servi entre autres pour certaines actions ponctuelles, p.ex. le soutien des Journées littéraires de Mondorf, l’édition d’un ouvrage sur René Engelmann, la réédition de l’autobiographie de l’homme d’Etat Emmanuel Servais, la confection d’un dépliant (rédigé par Mars Klein) sur le monde littéraire au Luxembourg (en allemand et en français), la subvention de divers CDs (parfois accompagnant des catalogues du CNL), et notamment une collaboration régulière avec les Jeunesses Musicales pour populariser la poésie dans les lycées en associant poèmes et chansons.

 

L’attribution des deux prix littéraires constitue certainement l’institution la plus importante de la Fondation. L’action la plus ambitieuse a cependant été, grâce à la cheville ouvrière de son membre fondateur, Mars Klein, le concours de lecture pour enfants « Wie liest huet 100 Aen », réalisé à travers les écoles primaires du pays, en étroite collaboration avec le service compétent du Ministère de l’Education nationale, mobilisant plein d’élèves et d’instituteurs, dont la finale nationale a été présentée à la télévision et introduite par Gaston Thorn, président-directeur général de la CLT.